MFR de Rumengol MFR de Rumengol
Route du Cranou
29590 Le Faou
Tél. 02 98 81 93 07 - 02 98 81 96 19
eMail mfr.rumengol@mfr.asso.fr
MFR de Rumengol
Presse
2008 - 2009
3M€ pour la refonte totale du site


Le directeur de l'institut, Benoît Lecaulle a expliqué la philosophie du projet.

Basé au Faou, l'institut de Rumengol, centre de formation par alternance, s'apprête à engager 3M€ sur trois ans pour la construction de nouveaux bâtiments et la réfection des anciens.

Chaque année, 125 élèves viennent au Faou se former aux métiers de la vente avec la ferme intention d'obtenir un bac professionnel ou un BTS. Avec quelle réussite? «Sur les dix dernières années, on remarque que 90% des jeunes décrochent un travail au bout de six mois», répond avec fierté le directeur, Benoît Lecaulle. Mais voilà, vieux de bientôt un demi-siècle, l'institut avait sérieusement besoin d'un petit coup de jeune. Les derniers travaux de réhabilitation ne datent-ils pas d'une vingtaine d'années? «Nos équipements vieillissants ne nous permettaient pas de tout faire ici. On était obligés d'aller ailleurs pour les cours d'informatique ou de phoning», regrette Benoît Lecaulle. Cette fois, c'est une refonte totale du site qui a donc été décidée.

Bâtiments écolos

Le directeur explique la philosophie du projet: «Depuis plusieurs années nous sensibilisons nos élèves à l'écologie et au développement durable. Du côté de l'administration et des professeurs, nous nous sommes aussi rendu compte de certaines aberrations en terme de consommation d'énergie ou de papier. C'est pourquoi, l'établissement s'est engagé dans une démarche Agenda 21. Alors, forcément, la restructuration de nos locaux devait prendre en considération l'environnement». Bref, impossible pour le directeur de tenir un discours et de ne pas s'y tenir dans les actes. Du coup, les locaux existants vont être entièrement repensés. Mais, surtout, deux nouveaux bâtiments, l'un pour l'hébergement (la plupart des élèves sont pensionnaires) et un autre pour l'accueil des groupes (150 places) vont sortir de terre. «Ce sont des bâtiments basse consommation aux normes HQE (Haute qualité environnementale). Construits entièrement en bois, ils sont équipés de systèmes de récupération d'eaux pluviales et de production d'eau chaude, ainsi que de panneaux photovoltaïques», indique encore le directeur qui assure enfin: «Bien que nous doublions le nombre de nos bâtiments (de deux à quatre), notre consommation d'énergie sera moindre».

Trois ans de travaux

Le chantier devrait démarrer fin août pour s'achever en 2012. Coût des travaux, 3M€ financés par la région (50%), par le département (20%) et par l'institut (30%).

Le Télégramme, 11 juin 2009
Gauguin et Van Gogh au menu des BTS


Les BTS 1 de l'Institut de Rumengol se sont rendus au Musée de Quimper, à l'occasion de l'exposition Paul Gauguin. Ils ont pu admirer «La vision du sermon», prêtée par la National Gallery of Scotland, d'Édimbourg (première sortie), oeuvre majeure de la peinture occidentale du XIXesiècle et première étape de la naissance de l'Art moderne. Pascal Le Boédec leur a fait découvrir l'École de Pont-Aven à travers des toiles de maître (Filiger, Sérusier, Bernard...) et une oeuvre de Van Gogh, «Bretonnes dans la prairie verte». Plusieurs toiles et céramiques ont été prêtées par le musée d'Orsay et des musées britanniques.

Le Télégramme , vendredi 29 mai 2009
Agenda 21. Les BTS à l'île de Batz


Un groupe d'élèves avec Jean-Charles Le Franc, de Nijal (à gauche) et Ronan Toullec, formateur (à droite).

Dans le cadre de leur formation écocitoyenne, concernant la mise en place de l'Agenda 21, les élèves de BTS de l'institut de Rumengol se sont rendus à l'îlede Batz. Le programme de la journée consistait en une approche sensible du littoral avec mise en perspective des liens d'interdépendance entre l'homme et ses environnements économiques, sociaux, patrimoniaux et les écosystèmes. La visite était animée par Jean-Charles Le Franc, de l'association Nijal, structure oeuvrant pour la mise en place de la démocratie participative à travers l'information et la formation à l'écocitoyenneté. Faisant partie intégrante des nouveaux programmes de formation initiale, cette approche transversale et sociétale a permis aux élèves de faire le lien et de donner du relief aux théories et matières enseignées.

Le Télégramme - 20 mai 2009
BTS 2ème année : Exposition quel développement pour demain?


Les élèves de BTS 2eannée s'intéressent de près à l'impact des activités humaines et de la nature sur l'évolution de la planète.

Les élèves de l'Institut de Rumengol sont sensibilisés au développement durable et équitable, ce qui les amène à réaliser diverses actions sur ce thème. Actuellement, au CDI (Centre de documentation et d'information), est installée une exposition dont le titre est prometteur: Quel développement pour demain?

La responsabilité de l'homme engagée

Les activités humaines ont, à la surface de la terre, un impact du même ordre que les grandes forces de la nature au niveau du bouleversement des équilibres biologiques et climatiques qui ont permis l'apparition de la vie et de l'homme sur la planète. Malgré toute sa science, l'humanité est sur le point d'être rattrapés par ses besoins les plus élémentaires: eau, air pur, sol «propre», climat stable... L'homme se trouve désormais responsable de l'état de la terre qu'il doit transmettre aux générations futures.

État des lieux et actions au quotidien

Les quatorze panneaux de l'exposition font un état des lieux (climat, démographie, solidarité...) et proposent des actions pour agir au quotidien, tout en encourageant à observer autour de soi. L'exposition appartient à la Cité des Sciences, de Paris, et est réalisée grâce au concours du Cript (Centre régional d'information pédagogique et technique), auquel adhère l'établissement et de la Région Bretagne.

Le Télégramme - 8 mai 2009
24 étudiants de Rumengol à la rencontre des lecteurs du Télégramme

24 étudiants de Rumengol à la rencontre des lecteurs du Télégramme.

24 étudiants à la rencontre de nos lecteurs. Ils sont pleins d'enthousiasme: normal, quand on met en avant un bon produit... À l'Institut de Rumengol, 24 étudiants scolarisés en première année BTSA Technique de commercialisation collaborent actuellement avec le service des ventes du Télégramme. Dans le cadre de leur formation, ils sont chargés de nouer des relations fructueuses avec les clients du journal de Douarnenez et sa région et, après des contacts téléphoniques pris il y a déjà quelques semaines, ils partent à leur rencontre, pour recueillir leurs impressions et leurs souhaits.


Le Télégramme - Mercredi 22 avril 2009.




Après-midi contes. Les jeunes s'investissent


Après-midi contes. Les jeunes s'investissent. Dans le cadre de leurs études, les BTS technico-commercial doivent réaliser intégralement une action à but social. Charlène Mazé et Morgane Bouguennec, ainsi que Virginie Pennec et Rozenn Martin (absente sur la photo) ont décidé d'organiser un après-midi contes, à l'Ehpad de Prat-an-Aod. Elles ont cherché et trouvé des sponsors et, pour compléter leur cagnotte, ont vendu des bonbons et des gâteaux faits maison, dans l'établissement et lors de diverses manifestations et aussi auprès de leur entourage. La manifestation aura lieu le 18mai et sera animée par Jean-Claude Le Lann.

Le Télégramme - 10 avril 2009
Les étudiants investis dans le commerce équitable
   
   
   


Les étudiants investis dans le commerce équitable. Les étudiants de l'Institut de Rumengol sont fiers d'avoir contribué à la connaissance de l'artisanat colombien, un commerce équitable et solidaire.

L'Institut de Rumengol dispense des formations commerciales (bac pro, BTS) et est intégré aux Maisons familiales et rurales, sous contrat avec le ministère. La formation se fait par alternance (15 jours à l'école, 15 jours en stages divers): à mi-chemin entre le système scolaire de base et l'apprentissage, ce type de pédagogie permet d'évoluer responsabilisant les élèves, en leur permettant de découvrir leurs compétences propres et en leur offrant une ouverture sur le monde du travail. L'enseignement donne aussi une large place à l'éthique et à la solidarité. Les élèves doivent présenter un projet (ProCap) qu'ils choisissent et montent de A à Z.Marion Derrien, Kristell Combot, Bryce Simon et Nicolas Corre ont choisi de s'investir auprès de l'association Colombianoz, qu'ils ont présentée lors de la porte ouverte de l'établissement. Ils ont tenu un stand de vente d'artisanat colombien au marché de Kerinou et à Kerfeunteun: bijoux en matière naturelle (ivoire végétal, caña flecha, coco, etc.), hamacs traditionnels, sacs et portefeuilles (cuir, tissu, coton tissé), molas et mochilas indien... Les étudiants sont fiers d'avoir contribué à la connaissance du commerce équitable et solidaire.

Le Télégramme - 30 mars 2009
Des portes ouvertes réussies


 Des portes ouvertes réussies. Sidi Abdourahamane, Jordan Kerdoncuff, Antoine Salaun et Gaétan Mestre, BTS 1, ont organisé un petit marché de produits artisanaux, et répondu aux questions des visiteurs avec l'équipe.

Vendredi, de 17h à 20h, et samedi, de 9h à 17h, plusieurs jeunes et parents ont été accueillis à l'Institut de Rumengol par l'équipe pédagogique et par les élèves de l'établissement. Depuis plus de 40 ans, l'institut propose des formations commerciales en alternance, concernant à la fois les collégiens et les bacheliers. À la prochaine rentrée, un Bac Pro ventes technicien-conseil en trois ans sera mis en place. Le BTSA technico-commercial est toujours au programme.

Une cinquantaine de préinscriptions

Les visiteurs pouvaient étudier l'agencement des salles (laboratoire de biologie, CDI, salle multimédia...), consulter sur ordinateur le journal réalisé par les élèves sur leurs différentes activitésde l'année (sportives, culturelles, économiques, apprentissage...) et prendre connaissance des projets d'agrandissement en cours. Un «tea or coffee time» était offert à tous, permettant une découverte des stages en pays anglophones (obligatoires pour les BTS) et de déguster de délicieux petits gâteaux confectionnés par la cuisinière de l'établissement. Un «petit marché» (crêpes, cidre et jus de pommes, fraises et produits dérivés, pains, commerce équitable...) était organisé par les élèves, fiers de mettre en pratique leurs acquis. Une cinquantaine de préinscriptions ont été réalisées ce week-end (moitié nouvelle formule Bac Pro, moitié BTS), le recrutement est régional (Finistère, Côtes-d'Armor).

Contact Tél.02.98.81.93.07 ireo.rumengol@mfr.asso.fr ou www.mfr-rumengol.com

Le Télégramme - 24 mars 2009
Restructuration et extension


Après plus d'une année d'études techniques et économiques, la modernisation de l'Institut de Rumengol est en route: le permis de construire vient d'être validé par l'architecte des Bâtiments de France.

Respect de l'environnement


L'ensemble des travaux s'inscrit dans une démarche globale, cohérente et respectueuse de l'environnement, tant sur la réalisation des travaux que dans son fonctionnement ultérieur: construction en bois, isolation importante, récupération des eaux pluviales, eau chaude solaire, électricité par panneaux solaires photo voltaïques...

Trois ans de travaux


Cette année, la première tranche des travaux permettra de construire le nouvel internat. Ensuite, l'ancien internat sera restructuré en salles pédagogiques, centre de documentation et salles informatiques avec de nombreux équipements numériques de travail. L'année prochaine, la construction d'une salle pédagogique pour grands groupes de travail et la rénovation du bâtiment pédagogique actuel sont programmées. Trois années seront nécessaires pour restructurer l'ensemble du site.

Des formations à la pointe

Le projet sera présenté à l'occasion des portes ouvertes de l'établissement, vendredi, de 17h à 20h, et samedi, de 9h à 17h. Les nouvelles formations seront aussi détaillées: le BTSA technico-commercial en alternance et le nouveau Bac Pro ventes en trois ans, en alternance (18 semaines en établissement et 18 semaines en entreprise).

Le Télégramme - 18 mars 2009
Développement solidaire. Une initiation à Rumengol

Amandine Duthoit, animatrice au Cicodes (Centre d'information cornouaillais pour un développement solidaire) est intervenue auprès des élèves de Bepa et BTS vente de l'institut de Rumengol sur les conditions de travail dans le monde.

Le circuit de fabrication d'un vêtement

«Savez vous combien vous dépensez par an pour vous vêtir? «Et comment est fabriqué votre vêtement? ». Le dialogue est lancé: le circuit de fabrication d'un vêtement est détaillé depuis la culture du coton, son filage, son tissage, la découpe, l'assemblage... L'occasion de faire en même temps un peu de géographie, toutes ces étapes n'ayant pas toujours lieu au même endroit: Amérique du sud, Afrique, Asie. Les jeunes, sensibilisés au développement durable et au réchauffement climatique, s'inquiètent du coût énergétique et de son impact sur l'environnement.

Des exemples concrets

Quant aux conditions de travail dans chaque partie du monde, à l'aide d'exemples concrets, Amandine Duthoit et Manuela Vilarinho font découvrir aux étudiants des réalités quelques fois très dures: travail des enfants (25 millions dans le monde), journée de 12h, semaine sans congé, protection sociale inexistante, conditions de vie insalubre...

Porte ouverte le 21 mars

Toutes ces informations, qui ont beaucoup intéressé les élèves, vont faire l'objet d'un travail en classe. La porte ouverte de l'établissement aura lieu le 21 mars.

Contact Cicodes, Quimper, tél.02.98.95.87.40 ou www.cicodes.org

Le Télégramme - 3 février 2009
Prévention des risques - les jeunes s'informent


Jeudi matin, les élèves de l'Institut de Rumengol ont eu la visite du gendarme Renot, de la BPDJ (Brigade de prévention de la délinquance juvénile) de Brest. Celui-ci venait les informer sur les conduites à risques, notamment en lien avec l'alcool et les drogues (en particulier le cannabis). «Ces produits peuvent amener à une dépendance, sont facteurs de risques dans la vie courante et de toxicité. Leur consommation a des conséquences sur la vie sociale, perte d'intérêt pour les activités de travail ou de loisir, repli sur soi, coût élevé...; modifie le comportement, mémoire altérée, réflexes diminués, hallucinations... et altère la santé, angoisse, cancer, paranoïa, schizophrénie... De plus, ces produits gardent une influence sur le corps pendant longtemps».

Les témoignages

Le «courant» est bien passé entre l'intervenant et les élèves, et ceux-ci ont parlé d'expériences qu'ils connaissaient dans leur entourage. «Parler de ses expériences aux autres peut les aider à arrêter», l'idéal étant de ne pas commencer.

Les sanctions

La liste des sanctions encourues en cas de conduite en état d'ivresse, sous l'influence de drogue, de possession ou de revente de drogues (même du cannabis) ont fait partie des informations données. On risque jusqu'à un an de prison et 3.750 € d'amende! Les jeunes ont beaucoup apprécié l'attitude, axée sur la prévention et l'information et non sur la répression, du gendarme Renot: ils vont maintenant travailler sur le sujet en classe et en faire un exposé.

Contact

Dans le Finistère, Brest, tél.02.98.43.02.64; Morlaix, au 02.98.88.12.78; Quimper, au 02.98.90.05.15 ou sur Internet www.drogues.gouv.fr (adresses utiles) pour connaître les coordonnées des services, près de chez vous.
Le 27 janvier 2009 - Le Télégramme
Développement durable


Dans le cadre de la sensibilisation à l'environnement et au développement durable, les élèves de Bepa ventes de l'institut de Rumengol ont réalisé plusieurs actions. Ils ont reçu des intervenants (association Nijal), visité des entreprises (ferme bio de Pen ar Menez et Even international), effectué des stages en commerce équitable (Amap), dégusté des repas «éthiques», testé du jus de fruit «à l'aveugle». De toutes ces expériences, aussi variées qu'enrichissantes, les élèves ont tiré des enseignements qui les ont beaucoup marqués. Ils se sont intéressés de près à l'Agenda 21, aux empreintes écologiques (en particulier au «coût carbone» qu'ils ont trouvé stupéfiant) et aux relations et différences Nord-Sud.

Des affiches

Ils ont décidé d'agir à leur niveau pour contribuer au développement durable. Ils ont créé un blog pour informer et faire part de leurs découvertes. Afin de communiquer leur «savoir» aux autres élèves, ils ont réalisé des affiches bilingues français-anglais, qu'ils ont posées sur les murs du réfectoire et des couloirs: ce qui donne lieu à beaucoup de discussions et de demandes de renseignements de la part des autres élèves. Enfin, ils ont rédigé une charte: ne pas jeter ses mégots n'importe où, bien éteindre les lumières et les appareils électriques, ne pas laisser couler l'eau sans raison, trier le papier pour, soit le réutiliser (brouillon, photocopie...), soit le recycler, éviter les impressions «massives» sans utilité. Ils ont d'ailleurs installé des bacs un peu partout dans l'école. Si certains reconnaissent n'être pas très «performants» dans l'application de leurs conseils, tous sont persuadés qu'il est important de suivre la charte et s'appliquent essentiellement à économiser l'eau, ne pas gaspiller la nourriture, éteindre les lumières et les appareils en veille... même les portables!

23 janvier 2009 – Le télégramme
AG : Les élèves s'impliquent


Institut rural. Les élèves s'impliquent. Une centaine de personnes (parents, élèves, personnel...) ont assisté à l'assemblée générale dans le réfectoire de l'Institut.


L'assemblée générale de l'Institut de Rumengol a réuni administrateurs, parents, personnel, équipe pédagogique et élèves.
Un bon cru 2008

M.Coquil, président, et MmeDespres, trésorière, ont présenté le bilan moral et financier. Les comptes ont été validés par M.Morvan, commissaire aux comptes. Les résultats sont très satisfaisants puisque le Bac pro a connu 100% de réussite et le Bepa un seul échec.

Travaux de restructuration

Les rapports financiers et du commissaire aux comptes dégagent un bénéfice de 4.416 € et ont été approuvés à l'unanimité. Deux nouveaux administrateurs renforcent l'équipe: M.Juguet et M.Abalea. La cotisation est fixée à 10 € pour les parents et à 5 € pour les autres membres. Un accord de principe a été donné pour échanger un terrain avec un voisin. D'importants travaux de restructuration sont prévus au niveau du bâtiment pédagogique et les travaux devraient commencer cette année. Un prêt bancaire de 250.000 € va être demandé pour cette année.
Les élèves présentent leurs activités

Les étudiants se sont succédé pour résumer leurs actions du trimestre. Ils ont organisé de nombreuses manifestations (rallye, tournois sportifs...); les BTS sont allés au Sial où ils ont découvert de nouveau produit, dont en particulier un «truc de fou», une boisson française sans taurine pour avoir «la pêche»! Certains se sont intéressés au développement durable et ont créé un blog rumengolo. over-blog. com, plein d'informations et de conseils pour améliorer la qualité de vie, ainsi qu'une charte interne pour les élèves. Tout le monde a ensuite partagé un pot de l'amitié.

Le Télégramme - 17 janvier 2009
Repas indien au menu



Hier, à 13 h (heure du lunch en Angleterre), en passant la porte du réfectoire de l’Institut de Rumengol, on avait l’impression d’avoir franchi la Manche : une odeur de curry et de cardamome, un fond sonore anglais...
Rencontres en anglais
À l’initiative de leur formateur d’anglais, les 32 élèves de BTS ventes, deuxième année, recevaient une dizaine d’Anglais et une Canadienne établis dans le Finistère, pour converser et pour partager un repas indien. Joanna Bryant est originaire du Devon et habite en France depuis le mois d’avril 2005. Elle a aussi vécu six mois en Allemagne et deux ans aux USA. Professeur de français et d’allemand en Angleterre, elle a tout naturellement cherché un métier dans l’enseignement : professeur d’anglais à l’Institut de Rumengol, elle donne aussi des cours de soutien à ses compatriotes vivant dans la région. C’est ce qui lui a donné l’idée d’organiser des rencontres entre ces derniers et ses étudiants. Depuis, une ou deux fois par ans, des conversations très animées se déroulent autour d’un goûter, petit-déjeuner ou repas.
Un menu alléchant
Hier, le menu était alléchant : dinde au curry et aux noix de cajou, pommes de terre épicées, multar paneer, pain Naan et poppadums et en dessert du riz au safran ; le tout préparé par Jocelyne, la cuisinière, aidée par Joanna. Le choix s’est porté sur l’Inde car il y a beaucoup d’Indiens en Angleterre (il paraît qu’il y a plus de restaurants indiens à Londres qu’à Delhi !) Ces rencontres permettent la découverte de la culture anglophone, des échanges avec des Anglais de toutes régions (avec des « accents » différents), ce qui permet à chacun de prendre de l’assurance. Les étudiants ont réalisé, cet été, un stage en pays anglophone (Canada, États-Unis, Australie, Royaume-Uni...). Les étudiants en bac pro partiront en voyage d’études en Irlande, au mois de mai.

Le Télégramme - vendredi 9 janvier 2009

Deux films qui interpellent
Dans le cadre de leur formation, les BTS 2, Bac Pro 2 et Bepa 2 de l'Institut de Rumengol ont une ouverture sur le monde et sur la citoyenneté. Ils sont allés à Douarnenez visiter le musée de la pêche et ont assisté à la projection de deux films, suivis de débats.
« Le pire, c'est que c'est en France »
Le matin, à la médiathèque, ils ont visionné « L'assiette sale », sur le quotidien des ouvriers agricoles saisonniers étrangers (environ 5.000), travaillant dans les exploitations fruitières françaises du sud de la France. Le film dénonce leurs conditions de travail indignes : logements insalubres, pas de droit à l'ancienneté (certains viennent en France depuis 30 ans), traitements chimiques provoquant des maladies à retardement... « Le pire, c'est que c'est en France », diront les élèves qui ont pu débattre avec le réalisateur, Denys Piningre, après le film.
L'émigration clandestine en question
L'après-midi fut consacré à un film sur l'émigration clandestine sénégalaise, « Dem Walla Dee ou Partir ou mourir », récit poignant des traversées de ceux qui ont essayé d'émigrer et ont été rapatriés en avion dans leur pays où ils sont abandonnés à leur sort. Il fut suivi d'un débat avec les membres de l'association Cicodes (Éducation et développement à la solidarité internationale), dont l'objectif est de faire évoluer les mentalités et les comportements des citoyens.
Le Télégramme - 17 décembre 2008
Découverte anglophile du monde des requins



Dans le cadre de la semaine du requin et de la pêche intense en mer à travers le monde, les BTS 2 e année de l'institut de Rumengol ont découvert les requins durant toute une journée, à Brest. Le matin, lors d'une visite des aquariums d'Océanopolis, une spécialiste de ces animaux leur a expliqué les caractéristiques des diverses familles de requins. L'après-midi, les étudiants ont assisté à la projection du film « Sharkwater » (Seigneurs de la mer), de Robert Steward, biologiste et photographe sous-marin. Le film met en évidence les conséquences tragiques de la surexploitation et de la future disparition de ces animaux du système écologique planétaire. Les différents thèmes abordés lors de cette journée feront l'objet d'une exploitation en cours d'anglais.

Le Télégramme - 7 novembre 2008
Les BTS au Sial


Le Sial (Salon international de l'alimentation) est organisé tous les deux ans. Plus de 5.500 entreprises, réparties sur 200.000 m² de surface, venues du monde entier : une véritable vitrine de l'innovation en matière alimentaire s'offre aux visiteurs. Les 60 élèves de BTS ventes, première et deuxième années de l'Institut de Rumengol, accompagnés de leurs formateurs, sont allés passer deux jours à Paris, afin de découvrir ce salon, panorama du marché alimentaire. L'ensemble des secteurs présente les tendances et innovations concernant l'alimentaire et la vente des produits. Des animations complètent cette vitrine de l'alimentation : cuisine du Sial, village nutrition, nouveaux concepts en matière de présentation de magasin, valorisation d'un produit sur le lieu de vente... Toutes les informations et la documentation récoltées par les étudiants vont être mises en commun et servir de bases à des études de cas et à une présentation aux autres élèves, en particulier d'un dossier produit.

Le Télégramme - 5 novembre 2008